Fédération du Val d'Oise

Fédération du Val d'Oise
Accueil
 
 
 
 

Le traditionnel repas des vétérans du Val d'Oise avec allocution d'Estelle Auboin.

Pierrelaye, le 17 mars 2016
 
 
Chers camarades,
 
 
C’est avec un véritable plaisir et une réelle émotion que je m’adresse à vous aujourd’hui.
En effet, intervenir devant des camarades qui ont donné des dizaines d’années au militantisme, et à l’engagement pour un monde meilleur, au communisme, est toujours un acte particulier pour une jeune communiste ayant tout de même 11 ans de parti.
 
 
 Tout d'abord je tiens à excuser Jean-Michel de ne pas être parmi nous ce midi. Il est retenu au Conseil Régional toute la journée dans le cadre de ses nouvelles fonctions: débat d’orientation budgétaire et la défense de notre position sur le pacte rural proposé par Pécresse. Il  vous souhaite à tous une bonne journée.
 
 
 
L’année 2015 restera dans toutes les mémoires et nous ne pouvons qu’avoir une pensée émue pour les victimes des divers attentats.
 
En effet, le 7 janvier 2015, la liberté d’expression était attaquée de plein fouet par des assassins qui ne peuvent se revendiquer d’aucune religion.
 
En novembre 2015, 130 autres citoyens, dont 89 au Bataclan, pendant un concert, sont tombés lâchement assassinés par des fanatiques se réclamant de Daesh, au nom de leur religion, mais aussi en représailles aux frappes françaises et autres, pour combattre ces extrémistes de toutes sortes.
 
Pour lutter contre ces fanatiques le gouvernement veut imposer des lois dignes de la droite et de l’extrême droite.
Tout d’abord, il a fait voter « l’état d’urgence » en indiquant que notre pays était en guerre, guerre que François Hollande et ses amis attisent tous les jours.
Cet état d’urgence n’était pas assez long, selon lui, pour lutter contre le terrorisme. Mais de quel terrorisme parlons nous? 
Hollande profite de cette situation pour s’attaquer aux droits acquis et aux syndicalistes qui seraient de dangereux terroristes.
 
 
On vient de le voir avec le procès des GOODYEAR où 8 syndicalistes ont été condamnés, comme des criminels, à 9 mois de prison ferme. Leur crime? Avoir retenu 30 heures, sans violence, deux dirigeants de l’entreprise qui procédait à la fermeture du site et à 1 200 suppressions d’emplois. 
Ce jugement est un choix du gouvernement, puisque c’est le parquet qui, après l’abandon de la plainte de l’entreprise, a décidé de poursuivre les salariés.
 
Ce même gouvernement, pour lui permettre de continuer ses attaques en tout genre a fait prolonger de trois mois « l’état d’urgence ». François Hollande veut pouvoir poursuivre ses mauvais coups contre les travailleurs, contre le code du travail et contre les acquis sociaux.
 
C’est une attaque sans précédent depuis 1945 contre le code du travail que nous prépare la ministre El Khomri avec sa « loi travail ». L’avant projet de loi sur la négociation collective, le travail et l’emploi, touche à tout: le temps de travail, les salaires, les apprentis, les indemnités de licenciement, l’expertise des CHSCT, la représentation syndicale.
 
Fini les 35 heures, haro sur les syndicats, leur représentativité est mis en cause, les juges prud’homaux voient leur autorité contestée.
Tout le pouvoir est laissé aux patrons, le modèle ultralibéral de l’économie numérique entre dans le code du travail.
 
Après plus d’un million de pétitions signées et 500000 personnes dans les rues lors de la première journée de manifestation, la mobilisation continue notamment chez les jeunes : UNEF, JC et même les jeunes socialistes, et cette mobilisation doit continuer jusqu’à son retrait pur et simple avec une nouvelle journée d’action le 31 mars.
 
Mais là ne s’arrête pas les mauvais coups du gouvernement, le projet de réforme constitutionnelle concernant  l’état d’urgence et la déchéance de nationalité va revenir devant le Sénat.
Il nous faut défendre nos libertés, dire non à l’état d’exception permanent, réclamer la levée de l’état d’urgence, dire non à la déchéance de nationalité.
 
Plus prés de chez nous, dans le Val d’Oise, le gouvernement tente de détruire le service public de santé en voulant fermer l’hôpital Adélaïde Hautval anciennement Charles Richet et 2 EPHAD, au total ceux sont 800 lits menacés de fermeture. Même le suicide d’un membre du personnel ne freine en rien le processus et se sont des centaines de personnes âgées et malades qui devront être hospitalisées ailleurs, c’est-à-dire loin de chez elles et de leurs proches, et également le personnel qui sera  au mieux muter dans d’autres hôpitaux de l’AP-HP s’il est titulaire de la fonction publique.
 
 
En quelques semaines la pétition pour le maintient de l’hôpital a été signée par plus de 700 personnes. La première réunion publique à Villiers-le-Bel a réuni environ 100 personnes et de prochaines sont déjà programmées à Marly-la-Ville, Sarcelles et Gonesse, ainsi qu’une grande manifestation le 30 avril à la gare de Villiers-le Bel Gonesse Arnouville.
 
En juin, le 37ème congrès de notre parti aura lieu. La préparation de ce dernier est un moment exaltant de la vie du PCF. C’est un moment de discussion, d’échange et de partage, enrichissant pour notre parti ainsi que pour chacun d’entre nous.
C’est lors de ce congrès, que va être défini notre programme pour les 2 années à venir.
Il doit permettre de renforcer notre parti en augmentant notre nombre d’adhérents mais également le renforcer au sein du Front de Gauche. 
Il doit permettre aussi de préparer les élections présidentielles et législatives de 2017. Ces élections qui apparaissent difficile au vu des résultats des régionales de décembre 2015, score inférieur à 5% dans 6 régions.
D’autres difficultés apparaissent, pour les présidentielles. Tout d’abord la question des primaires de l’ensemble de la gauche, ces primaires pouvant être néfastes pour notre parti. Une autre difficulté étant la candidature auto-proclamée de Mélenchon.
La campagne des présidentielles doit se faire en faisant connaitre au plus grand nombre les actions de nos élus et notre programme en s’appuyant dés maintenant sur 2 textes forts le programme l’humain d’abord et la France en mouvement, pour fédérer l’ensemble des forces qui peuvent permettre de conquérir et reconquérir le mouvement social.
 
Pour que nos idées soient le plus facilement relayées, il nous faut une Humanité forte.
Mais cette dernière est en grand danger. Dans un paysage d’ultra-concentration de la presse et des médias, l’humanité constitue désormais le seul groupe de presse français qui n’ait pas été racheté par un groupe financier ou industriel. Elle est aujourd’hui le seul journal d’information générale et politique indépendant. Préserver cette indépendance éditoriale et économique est un rude combat. C’est pourquoi, une nouvelle fois un appel urgent aux dons est lancé. Chacune, chacun, à sa mesure, peut y contribuer en collectant des dons, des abonnements à l‘humanité et en organisant des initiatives de soutien.
 
 
 
Je vais arrêter là, mes propos en vous souhaitant bon appétit et bon après midi.
 
 
Estelle Auboin                
Membre de l'Exécutif départemental

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.