Fédération du Val d'Oise

Fédération du Val d'Oise
Accueil
 
 
 
 

Déclaration du PCF95 suite au 2ème tour des élections départementales 2015

 
Le Parti communiste s’est battu avec force contre la droite et l'extrême droite. Au premier
tour, en totalisant, avec ses partenaires du Front de gauche et en élargissant parfois, 8,4 %
des voix sur les cantons du département où nous avions des candidats, au second tour, en
mobilisant partout dans la clarté pour faire barrage à la droite et à l'extrême-droite.
Le Parti socialiste subit une lourde défaite. Les électeurs expriment une nouvelle fois leur
rejet de la politique du gouvernement et de son absence de résultat. La responsabilité de
François Hollande et de Manuel Valls est grande dans ce résultat qui donne une énorme
majorité à la droite dans le Val d’Oise. Continuer à rester sourd à ce qui sonne clairement
comme un appel à un changement de cap politique engage la France dans le scenario du
pire. Les communistes ne s'y résoudront jamais. L’attitude arrogante des candidats
socialistes, prônant uniquement « le vote utile » (qui s’est avéré inutile) et poussant
l’aveuglement jusqu’à accuser le reste de la gauche de leur défaite montre que la fracture
est grande.
Alors que la plupart des élus UMP opposés à des candidats du FN doivent leur large victoire
à la mobilisation des électeurs et des forces de gauche, Axel Poniatowski ne se gêne pas
pour comparer le programme du FN sur le plan économique à « un retour au programme
commun socialo-communiste » ! Un scandale pour nous communistes qui nous sommes
toujours opposés au FN et à ses idées comme l’Histoire le confirme ! N’oubliez pas Monsieur
Poniatowski que le discours du FN, ce sont des amis à vous qui le portent au sein de l’UMP
et que votre ambigüité (voire votre complaisance) va jusqu’à ne pas choisir entre un candidat
de gauche et un candidat FN. Les majorités départementales de droite vont continuer à
s'attaquer partout aux politiques publiques en opposant les Français entre eux, en attisant
les tensions racistes, communautaires, générationnelles, et en détournant le regard des
Français des vrais responsables de la crise : les politiques d'austérité, les actionnaires et la
finance. Monsieur Bazin va prolonger sans scrupules au niveau du département la politique
d’austérité menée par les socialistes au niveau national, multipliant ses attaques contre le
social et contre les libertés (danger renouvelé pour la Maison des syndicats).
L'absence de conseillers départementaux Front de Gauche, la perte du dernier Conseiller
départemental communiste favorisée par un découpage électoral de circonstance,
laisseront le combat anti-austérité sans voix au sein de l’Assemblée départementale. Mais,
Monsieur Bazin et ses amis peuvent être convaincus qu’ils trouveront face à leur politique les
militants et élus communistes vigilants et mobilisés dans l'action et le rassemblement des
populations.
Au lendemain, de ce scrutin, rien n'est désormais plus urgent que de construire dans les
luttes, dans l'action quotidienne et la solidarité concrète, dans le débat politique, une réponse
politique neuve, clairement citoyenne et populaire, clairement à gauche. Nous appelons
toutes les forces citoyennes, politiques et sociales disponibles à la construction d'un
mouvement de gauche alternatif ample et populaire, à vocation majoritaire pour ouvrir à
nouveau l'espoir. Elles doivent converger pour construire ce nouvel espoir. Avec les
communistes, nous y travaillerons activement.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.