Fédération du Val d'Oise

Fédération du Val d'Oise
Accueil
 

Facebook
 

Agenda



 
 
 

Courrier de Dominique Lesparre et Jean-Michel Ruiz à Georges Mothron

Argenteuil le 17 décembre 2014

 

 

Monsieur Georges Mothron

Hôtel de Ville

12/14, boulevard Léon-Feix

95100 Argenteuil

 

Monsieur le Maire,

Lundi 15 décembre, nous rendions hommage, comme à chaque année, à Gabriel Péri qui fût député de notre circonscription, de 1932 à sa destitution par les soutiens au régime nazi.

Il fût de ceux qui ont donné leur vie pour la France et son assassinat, le 15 décembre 1941, est de ces sacrifices qui ont permis aux générations qui suivirent de connaitre la liberté.

 

Oui, Péri était communiste. Est-ce cela qui a conduit la municipalité d’Argenteuil à ignorer, pour la première fois depuis la Libération, cet homme qui a marqué l’histoire de cette ville, de notre département, de notre pays ? Est-ce les acquis mis en place par le Conseil National de la Résistance à la libération et que les gouvernements successifs n’ont de cesse de remettre en cause qui vous gênent ?

 

Nous, communistes, n’oublions pas ce que nous devons à ces hommes, de toutes origines, de cultures politiques et religieuses différentes, qui se sont engagés dans ce combat difficile, au péril de leur vie, contre la bête immonde. Nous pensons qu’en ces temps où, malheureusement, des relents de ces idées odieuses se font entendre dans certains discours, cet hommage à Gabriel Péri garde toute son actualité.

 

Hélas, nous avons constaté que tout a été fait pour rendre difficile la tenue de cette cérémonie. Vous avez refusé de mettre à notre disposition une sonorisation prétextant des problèmes budgétaires ! Devant la stèle inaugurée en 1964, aucun éclairage n’avait été prévu. Cela pourrait passer simplement pour de la mesquinerie, mais ce manque de respect pour cet homme, qui permis à la France de ne pas totalement perdre son honneur durant une période trouble, blesse toutes celles et ceux qui sont attachés aux valeurs de justice sociale, de liberté et de paix.

 

Vous comprendrez donc, Monsieur le Maire, notre déception et notre colère face à un acte qui a du réjouir quelques nostalgiques d’un passé que, comme Péri l’a fait en son temps, nous combattons.

 

Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Maire, nos sincères salutations.

 

Dominique Lesparre                                                             Jean-Michel Ruiz

Maire de Bezons                                                                  Secrétaire départemental du PCF

Conseiller général du Val d’Oise

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.