Fédération du Val d'Oise

Fédération du Val d'Oise
Accueil
 

Facebook
 

Agenda



 
 
 

Soutien du PCF95 aux cheminots

Argenteuil, le 11 juin 2014

 

 

Déclaration de Jean-Michel Ruiz, Secrétaire départemental du PCF95 :

Soutien aux cheminots en lutte

 

Le PCF95 apporte tout son soutien aux revendications portées par les cheminots mobilisés pour le retrait de la réforme ferroviaire qui sera présentée à l'Assemblée le 17 juin prochain.

Ce texte, qui prétend réunifier RFF et SNCF afin de réduire les coûts d'une structure en doublon, prépare en réalité l'élargissement de l'ouverture à la concurrence du transport ferroviaire exigée par l'Union Européenne. Le gouvernement entend en effet créer une société unique en façade, mais trois entités dans les faits, pour renforcer la séparation entre gestion des infrastructures et exploitation du réseau.

Le scénario est écrit à l'avance. L'exploitation des voies, éminemment rentable, sera captée par le marché privé tandis que les infrastructures seront laissées à la seule responsabilité du secteur public. Rappelons qu’une dette de 44 milliards d’euros s’est accumulée au gré des transferts de responsabilité dont s’est délesté l’Etat. Avec le libéralisme, c'est toujours la même rengaine : privatisation des profits et nationalisation des pertes.

De plus, au nom de l’ouverture à la concurrence, le fret a été sacrifié au tout-routier au mépris des nécessités environnementales ; l’égalité d’accès à la mobilité dans les territoires se désagrège avec les lignes délaissées. Nous, Valdoisiens, savons bien de quoi il s’agit, nous qui habitons un département sinistré dans le domaine des transports.

Le chemin de fer Français n’est pas loin d’un point où, après les tarifs, le confort et les dessertes, c’est la sécurité des voyageurs qui est mise en cause. N’oublions pas que les luttes des cheminots prennent toujours en compte le bien des usagers. Cela nécessite un soutien sans faille des usagers à ces justes combats.

Le PCF95 exige une réunification réelle de la SNCF et de RFF au sein d'un organisme public possédant le monopole du chemin de fer et de son exploitation. C'est seulement à cette condition que sera garanti un service public juste et efficace. Le ferroviaire ne peut être laissé aux mains de la concurrence et du marché. C'est un enjeu stratégique national, une garantie fondamentale de la souveraineté de la France et de l'égalité des territoires. 

 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.